..
L'utopie littéraire
.
Texte du corpus:
.
    L'île des esclaves, Marivaux, scène 2. (1725)
    Quelques institutions civiles et morales, Saint-Just, chapitre 1
    Emile, Rousseau, livre 3
    La Princesse de Babylone, Voltaire, chapitre 3, 1767-1768
    Vue globale de la ville de Chaux, Ledoux. [Document iconographique].
.
Problématique:
.
    «Les utopies ne sont souvent que des vérités prématurées» remarque Lamartine. Expliquez et discutez cette affirmation en vous appuyant sur le corpus et sur vos lectures personnelles.
.
[Introduction]
.
L'utopie est un genre littéraire qui permet aux auteurs de critiquer la société dans le but de la faire changer, de prévenir les gens d'un potentiel danger, de faire passer des idées... Les utopistes ont été très nombreux, Thomas More en est le principal instigateur. En 1516, c'est lui qui explique les bases de l'utopie dans une œuvre du même nom rédigée en latin, ouvrage qui va servir de modèle aux futures utopies sociales. Selon Lamartine, "les utopies ne sont souvent que des idées prématurées". Nous allons tout d'abord expliquer cette affirmation, puis nous démontrerons que les utopies ne sont pas que cela en ce sens qu’elles peuvent faire avancer la société en offrant un véritable projet de société. Enfin nous dégagerons les valeurs de la société idéale.
.
[Partie 1]
.
Le cadre initial de l'utopie est souvent au départ une insatisfaction du présent: "Un état d'esprit est utopique quand il est en désaccord avec l'état de réalité dans lequel il se produit". Cela explique probablement pourquoi elle se situe en général dans un lieu écarté du reste du monde, invisible, voire insoupçonné. Ce peut être une île comme dans le cas des personnages de Marivaux, un lieu clos, le centre de la Terre, l'espace... Les utopies ne sont souvent que des vérités prématurées en ce sens qu’elles permettent à leurs auteurs de dénoncer des dysfonctionnements de la société. Ainsi Marivaux dans son texte dénonce-t-il la cruauté des maîtres envers leurs valets. Voltaire a également critiqué l’intolérance religieuse, la guerre, l’injustice dans ses contes philosophiques comme Candide.
.
La société idéale est ainsi décrite dans l’utopie : rêve d’une société où l’individu vit en harmonie avec les forces de la nature comme les bergers des Gangarides. La raison règne au-dessus de l’intolérance, des préjugés, des différences entre humains (maîtres-valets, seigneurs-esclaves). C’est une société heureuse où règnent la sagesse, l’innocence, la raison. Les utopies décrivent les aspects auxquels on souhaiterait adhérer.
.
Lamartine dans son propos a peut être été influencé par le cadre de l'histoire car la situation où les personnages prennent part est parfois source d'absurdité, comme par exemple la couleur rouge des moutons de l'Eldorado de Candide. Mais pourtant, cet imaginaire est fondamental pour leur auteur. En effet, les libertés d'expression réduites ont obligé certains auteurs à camoufler leurs critiques politiques et à les mettre dans la bouche de personnes revenant de lointains voyages: Lettres persanes de Montesquieu (1721), Les voyages de Gulliver de Jonathan Swift au travers de fictions et de récits de pays lointains pour dénoncer les méfaits de la société et critiquer implicitement les hommes qui la composent. Ainsi dans Emile, Rousseau ne cache pas son opinion : «Riche ou pauvre, puissant ou faible, tout citoyen oisif est un fripon» .
.
Dans le sens courant, une utopie est le fruit de l'imagination d'un auteur et la volonté d'innover et de changer les mœurs. Pourtant, elle donne bien souvent l'effet inverse de celui attendu. L'utopie est définie comme une vue politique ou sociale ne tenant pas compte de la réalité, une conception ou un projet irréalisable. Mais elle est également un moyen  puissant pour s'exprimer et faire passer un message. L’utopie est pensée par Platon et Aristophane, mais c'est Thomas More qui en sera le grand représentant. Copiée et imitée, certaines tentations de s'investir dans ce genre de littérature donne entièrement raison à Lamartine. Ce genre n'est pas aisé, car il ne s'agit pas seulement de publier, mais il faut réussir à obtenir le soutien du peuple qui peut être choqué par certains propos. Les pensées utopiques sont fondées sur une idée de la dignité de la personne humaine, elles reposent sur des sentiments éthiques, sur une idée de la justice et sur le droit personnel à l'épanouissement. C'est pour cela que Voltaire raconte implicitement une société idéale à travers un personnage revenant d'un voyage. Il évite ainsi censure et humiliation. Certaines idées sont ambitieuses dans leur visée, imprécises dans leur contenu et impossibles à réaliser.
.
[Partie 2]
.
En réalité, Lamartine ne peut en aucun cas ignorer les qualités premières de l'utopie qui vise en priorité à améliorer le monde dans lequel on vit. L'utopie a changé plusieurs fois de but au fil des siècles. Au 18è siècle, elle est pour une société bien fondée, ordonnée et en harmonie avec les gens et la nature. Pendant la Révolution Française, elle devient plus un moyen politique comme le livre Quelques institutions civiles et morales du révolutionnaire Louis Antoine Saint-Just. L’utopie permet aussi d’anticiper l'avenir. Les utopies sont en effet des idées qui doivent pouvoir se réaliser dans les faits, c’est-à-dire déboucher sur la possibilité d’une vie dans une société réelle.
.
On voit alors que l'utopie peut servir à critiquer la société sur un plan moral, religieux, économique, social... Au 18è siècle, les philosophes des Lumières rêvent d'une société juste et fondée sur l'égalité. Ils arrivent grâce à ce genre littéraire à faire bouger les esprits pour pouvoir construire une société responsable, apte à entreprendre, capable de chasser les superstitions et institutions. L'île des Esclaves de Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux montre bien qu'il existe des oppressions et que cela nécessite de soigner les maîtres, même si cela doit prendre du temps. L'égalité ne s'acquiert pas si rapidement, surtout quand le peuple est peu instruit et contrôlé psychologiquement par les autorités ecclésiastiques et politiques.
.
Chaque auteur rédige sa conception de la société idéale avec des stratégies différentes, car c'est un véritable projet de société. L'utopie montre un modèle de société fondé sur la raison et les idées développées sous forme de symboles, d’images tel «le pays des Gangarides au peuple vertuex et invincible» doivent être une source d’inspiration à la construction d’une société réelle. Chaque humain recherche en réalité un bonheur qu'il ne peut trouver en raison de la mauvaise organisation de la société. Rabelais montre que ce bonheur peut être trouvé dans une communauté soudée par de forts liens: l'abbaye de Thélème n'est hélas pour eux qu'une illusion, car celle-ci n'est qu'un rêve, une idée aspirant à voir le jour. A défaut de rentrer dans ces lieux surnaturels, le citoyen aisé peut s'investir dans le changement des mœurs, comme le montre Rousseau dans l'Emile ou De l'Education. C'est ainsi que Lamartine oublie que le citoyen est appelé à participer activement au bon maintien de cet équilibre: «avec une sollicitude commune pour l'intérêt commun».
.
Enfin, l'utopie tente de faire accéder les gens à leur bonheur. Ceci est une idée nouvelle au 18è siècle. Il y a une prise de conscience de chacun sur soi et sur les autres. L'esprit bouge, car l'individu se cherche une place dans un environnement qui se transforme. Il a besoin de trouver une place au milieu d'une société harmonieuse. «Fais ce que tu voudras» dans Gargantua illustre cette envie, envie de liberté après tant de souffrances.
.
[Partie 3]
.
La volonté des philosophes de transmettre leurs idées est poussée par un souci de trouver des repères dans une société qui en manque. Se mettre en communauté, stopper les souffrances sont autant de thèmes que Lamartine n'a pas dit dans sa citation, mais a laissé un doute sur la crédibilité de certains "utopistes" ambitieux et maladroits.
.
Ainsi l'utopie est une vision positive du futur, une expression de la capacité attribuée aux humains d'influencer leur sort. En d'autres termes, les utopies sont un facteur de transformation du réel. L'espoir de faire changer les esprits, les manières, les pensées, les gestes, les mœurs sont autant de critères qui font de l'utopie un élément important pour la vie des sociétés et surtout pour leur bonheur.
.
A travers l’opinion de Lamartine, il apparaît qu’il n’est pas aussi aisé de dénoncer, de critiquer ou de faire une satire de la société. En effet les auteurs et les philosophes notamment au 18è Siècle ont souvent fait passer leurs idées implicitement en utilisant l’ironie, les allusions, les sous-entendus dans des contes ou des récits d’aventures. Ils ont ainsi dévoilé la réalité de l’époque et pu suggérer beaucoup d’idées pour vivre en harmonie, pour faciliter la vie collective, pour faire régner l’ordre, faire respecter la liberté de chacun afin que l’individu vive heureux dans un contexte politique ou social parfois difficile.
.
[Conclusion]
.
Il apparaît donc clairement que le jugement de Lamartine doit être nuancé. En effet, il omet certains atouts qu'une utopie peut avoir. Ses différentes formes sont source d'évolution et d'amélioration des esprits, même si certaines formes imaginaires peuvent en effet présager des idées mal fondées. L'utopie de Thomas More a servi de modèle aux auteurs, ce qui montre de toute évidence que ce genre littéraire permet de faire de nombreuses choses, sans pour autant être prématurées. La société réelle ne s’inspire-t-elle pas justement des idées du monde idéal ?
.

http://www.geocities.com/grenouille_qui_reve/litterature/utopie.html
http://2100.org/Text_UInno.html